Survol rapide de l’histoire des jeux vidéo : de la salle d’arcade à la réalité virtuelle

Par Samsung Belgique 29.09.2015

Maison Technologie & innovation Réalité Virtuelle Games

games, gaming, jeux vidéos, gear vr, samsung

L’univers des jeux est aujourd’hui sur le point d’entrer dans une formidable ère nouvelle. L’arrivée de la réalité virtuelle permet au joueur de s’immerger encore davantage dans ses jeux favoris. Les jeux d’aujourd’hui intègrent des avancées spectaculaires au niveau du graphisme, des boutons de commande et de l’expérience d’immersion. Difficile d’imaginer qu’ils n’ont pas toujours été aussi performants et photo-réalistes. C’est l’occasion de prendre un peu de recul, et de se remémorer l’histoire de ces jeux auxquels nous sommes devenus tellement accros. Depuis leurs origines dans les salles d’arcade jusqu’aux univers ultra réalistes dans lesquels vous pouvez aujourd’hui déambuler grâce à la réalité virtuelle : révolution après révolution après révolution.

Bip bip sonores

G2

Année 1982. Alors petit enfant, les poches pleines de pièces de monnaie, j'étais agrippé à une de ces machines. Malgré les manettes à moitié usées et les boutons souvent en panne, nous introduisions toutes nos pièces, une à une, dans la fente. Ensuite, il y avait ces bip bip sonores, différents pour chaque jeu, évidemment. On s'imaginait dans un autre monde. Il y avait le labyrinthe dans lequel on collectionnait des billes en tentant d'échapper aux fantômes, la planète qu'il fallait protéger d'une invasion d'extraterrestres à l'aide d'un arsenal de fusées, et puis, n'ayons pas honte, il fallait également abattre d'une manière ou d'une autre ce vilain gorille qui avait kidnappé notre copine et nous balançait des tonneaux à la tête, pas vrai ?


Nostalgie

Les pixels étaient énormes et les effets sonores se comptaient souvent sur les doigts d'une main. Même si tout cela était le reflet d'une technologie balbutiante, c'est souvent emprunts d'affection que l'on se souvient de cette époque. Un sentiment de nostalgie sans doute, mais peut-être aussi parce que tout cela était alors tellement nouveau. C'était le début d'une ère nouvelle. Une ère de jeux extraordinaires, bien que souvent critiqués. L'ère des « gamers » .


Changement de décor

Année 1983. Et puis un jour, les salles de jeu n'ont plus eu la cote. Les amateurs préféraient jouer à la maison. Les joueurs et collectionneurs les plus fortunés achetaient leurs propres flippers et machines d'arcade pour jouer à leur jeux préférés chez eux. Mais il fallait inventer un support moins encombrant. Les machines d'alors étaient extrêmement lourdes, compliquées à entretenir, et très chères …


Nintendo : des jeux pour jouer chez soi et … des douleurs cervicales

G4

C'est alors que Nintendo a, le premier, proposé en 1986 (en Europe) une nouvelle solution : une boîte qui se branche sur le téléviseur, appelée le Nintendo Entertainment System (NES en abrégé). C'était la solution idéale. Ni trop gros, ni trop cher et facile à brancher sur la télé. Cet univers parallèle dans lequel on pouvait s'immerger devenait encore plus accessible. Nous nous retrouvions enchaînés à l'écran avec nos amis, le souffle court, courant, sautant, volant et bataillant. Pas seuls dans notre coin donc, mais tous ensemble, agglutinés dans le canapé. Et cela grâce à une console. D'autres avancées ont rapidement suivi. Beaucoup d'autres avancées. Après quelques années, il était même devenu possible de jouer n'importe où, grâce au Game Boy. Nous consommions des montagnes de piles électriques, et souffrions souvent de douleurs cervicales, à force de passer nos journées recroquevillés autour d'un petit écran.


Difficile de faire plus réaliste, non ?

Année 1996. Le succès délirant des consoles pour particuliers continue de s'amplifier. Des machines plus puissantes arrivent sur le marché, avec plus de couleurs, des cartes son améliorées et des mémoires plus grosses pour des jeux plus lourds. Les jeux sont devenus encore plus grands, plus exubérants et plus captivants. Lorsque les premières images 3D sont apparues sur nos téléviseurs, nous n'en croyions pas nos yeux. Des univers offrant une totale liberté, avec la possibilité de se déplacer et de regarder dans toutes les directions … Les personnages avaient l'apparence de véritables êtres humains, ils étaient reconnaissables, avec des expressions du visage et des émotions. Et l'utilisation du CD en tant que support a permis de donner une voix à nos héros, et d'ajouter une qualité cinématographique à la musique. Difficile de faire plus réaliste, non ?


Et les salles d'arcade ?

Les salles d'arcade ont à nouveau fleuri après une période d'oubli. La technologie 3D a gonflé le business. L'offre s'est diversifiée. Des jeux toujours plus nombreux et des façons de jouer et de s'immerger dans le jeu toujours plus exubérantes : se hisser sur une moto de compétition sous-dimensionnée pour se frotter les genoux sur l'asphalte virtuel dans Hang-On, se mettre dans la peau d'un tireur d'élite armé d'un vrai fusil en plastique dans Silent Scope, ou encore se faufiler derrière le volant d'un hors-bord dans Hydro Thunder. Il n'avait jamais été aussi facile de plonger dans l'univers numérique : les images étaient saisissantes et les commandes de jeu très réalistes.


Un média à part entière

Les 15 années qui ont suivi ont été un véritable tour de manège, jeu après jeu, innovation après innovation. Les jeux sont devenus de plus en plus accessibles, de plus en plus esthétiques, réalistes, et leurs scénarios plus intéressants. Graphismes à couper le souffle, portabilité sur mobiles et détection des mouvements sont devenus les nouvelles normes. Tout le monde a un jour touché aux jeux. Le groupe cible s'est considérablement élargi. Les enfants utilisent des jeux pour apprendre à raisonner dans l'espace et à assembler des structures, tandis que les adultes peuvent faire une partie virtuelle de tennis ou de bowling pour garder la forme. Les jeux sont devenus des médias à part entière, acceptés de tous.


Fin du manège

Mais petit à petit, quelque chose a disparu. Lorsque les limites techniques ont été atteintes, l'enthousiasme a baissé. Le calme est revenu. Aucune avancée technique depuis de nombreuses années. L'innovation a été abandonnée et la répétition des formules à succès est devenue la norme. Le manège s'est arrêté.


Réalité virtuelle : plus réaliste que jamais

G6

Mais il y a du nouveau ces jours-ci. Bien que le concept existe depuis longtemps, la réalité virtuelle devient aujourd'hui de plus en plus réalité. La technologie actuelle permet plus de choses que jamais auparavant. Une percée autant innovante qu'ambitieuse s'impose donc aujourd'hui. La technologie apporte beaucoup, nous apprend beaucoup de choses, et nous permet de vivre des expériences riches. Ce labyrinthe dans lequel, enfant, vous vous frayiez un chemin, vous enveloppe aujourd'hui plus intensément que jamais. Et ces vaisseaux spatiaux que vous pouviez à peine discerner auparavant, vous pouvez maintenant quasiment les toucher.

Il est grand temps de vous replonger dans vos jeux à la façon moderne, et de vous émerveiller à nouveau comme un enfant.