Euro de foot 2000 et 2016 : le retour des Diables Rouges et l'évolution des téléviseurs

By Samsung Belgique 25.05.2016

Mode de vie Smart TV Sport

diables rouges samsung

Nous sommes à la veille du championnat d'Europe de football 2016. Après 16 ans, nos Diables Rouges sont de retour au plus haut niveau du football européen. Tout a bien changé. Le football belge, mais aussi la façon dont nous allons regarder la compétition cet été et les technologies qui nous permettront de la suivre. Sur ces deux plans, les quinze dernières années ont été le témoin d'une véritable révolution.

En 2000, pour la première fois, le championnat d'Europe était organisé dans deux pays. L'honneur était dévolu aux Pays-Bas et à la Belgique. Si nos voisins du nord et leur entraîneur national Frank Rijkaard faisaient figure de favoris, c'était moins vrai pour les Belges. Avec le gardien de but Filip De Wilde (à l'époque à Anderlecht), le défenseur Eric Deflandre (Club Brugge), Lorenzo Staelens (Anderlecht), le coach fédéral actuel Marc Wilmots (Schalke 04), Gert Verheyen (Club Brugge) et Luc Nilis (PSV), le sélectionneur Robert Waseige disposait de joueurs fiables. L'équipe se distinguait surtout par ses qualités physiques, mais marquait le pas face à la concurrence internationale. Les Belges ont entamé le tournoi par une victoire 2-1 sur la Suède, mais la suite n'a pas été du même acabit. Après deux défaites 2-0 contre l'Italie et la Turquie, c'en était fini des Diables Rouges.

Euro 2000 à Bruxelles : Gert Verheyen

Euro 2000 à Bruxelles : Gert Verheyen (dr) en duel avec le milieu de terrain turc Ercan Abdullah

Changement de cap

En 2002, la Belgique atteignait encore les huitièmes de finale de la Coupe du monde, avant de connaître douze années décevantes, l'équipe restant absente de toutes les phases finales. En 2004, les Diables Rouges ratent de justesse la qualification pour l'Euro, mais quatre ans plus tard, la formation subit non moins de six défaites en qualification : il lui manque neuf points pour rester dans la course. Il fallait un changement de cap, estimait l'URBSFA. Et le changement de cap s'est produit. La fédération a repensé à partir de zéro la structure de la formation des jeunes. Elle a lancé un plan avec des centres de formation régionaux. Plutôt que sur la force physique et la condition, l'accent était mis sur la technique. En liaison étroite avec de grands clubs comme le Racing Genk, le Standard de Liège et Anderlecht, l'encadrement a soigneusement défini le parcours des plus grands talents belges entre leurs débuts et la plus haute marche. Les résultats ont été au rendez-vous, même au-delà des espérances de la fédération. Des joueurs doués ont commencé à frapper à la porte des grands clubs. D'abord en Belgique, puis hors de nos frontières. Le défenseur Vincent Kompany a percé à Manchester City, Jan Vertonghen s'est imposé à l'Ajax, le gardien de but Thibault Courtois est devenu une valeur sûre à Chelsea, et nous pourrions en citer d'autres.

Vincent Kompany

Vincent Kompany remercie le public belge après la qualification contre Israël pour l'Euro 2016.

Les Nouveaux Diables

Aujourd'hui, les Belges jouent tous dans de grands clubs. Collectivement, ils représentent une valeur marchande supérieure à celle de la plupart des grands pays renommés depuis longtemps pour leur football. Voici un aperçu de la sélection belge : Toby Alderweireld (Tottenham Hotspur), Jan Vertonghen (Tottenham Hotspur), Marouane Fellaini (Manchester United), Kevin De Bruyne (Manchester City), Eden Hazard (Chelsea), Divok Origi (Liverpool), Romelo Lukaku (Everton), Radja Nainggolan (AS Roma), Dries Mertens (Napoli). Les Diables Rouges ont fait la preuve de leur nouvelle place au top du foot européen lors des qualifications pour le prochain Euro, en inscrivant 24 buts (seule l'Angleterre a fait mieux avec 31 points) pour seulement 5 encaissés. Il y a deux ans, déjà, l'équipe belge a montré au Brésil que le gratin mondial devait désormais compter avec elle. Tête de série, elle est parvenue en quart de finale, avant de rencontrer une Argentine tout juste hors de portée avec le 1-0 de Lionel Messi. La différence entre l'ancienne et la nouvelle Belgique apparaît encore plus clairement au classement de la FIFA. Occupant la 55 e place il y a 10 ans encore, l'équipe a grimpé au deuxième rang.

Fifa Samsung

Le début d'une nouvelle ère

Bientôt, nous pourrons voir les « nouveaux » Diables Rouges à l'œuvre et les suivre dans des conditions sans commune mesure avec celles de leur dernier tournoi européen de 2000. À l'époque, le paysage médiatique était tout à fait différent. Les réseaux sociaux que nous connaissons aujourd'hui n'existaient pas encore. Les téléviseurs LCD n'étaient pas généralisés, et le smartphone était encore de la fiction. La manière de regarder les événements sportifs était aussi très différente de nos habitudes actuelles. Mais le championnat européen de 2000 est un des premiers tournois qui nous ont donné un aperçu du potentiel des technologies modernes.

Le studio du centre international de presse TV de l'EURO 2000

Le studio du centre international de presse TV de l'EURO 2000 au RAI d'Amsterdam.

Forto 2000, un partenariat entre la NOS et les chaînes belges VRT et RTBF, s'occupait de diffuser les images de l'Euro. L'organisation réalisait l'enregistrement officiel des 31 rencontres dans les stades néerlandais et belges, avant de les retransmettre aux 155 titulaires d'une licence. Forto 2000 mettait aussi des installations à la disposition des 50 stations de télévision et 30 émetteurs radio qui couvraient l'Euro par leurs propres moyens. Durant la compétition, 18 caméras étaient installées dans chaque stade. L'UEFA n'en voulait pas plus, car chaque caméra réduisait la place disponible pour permettre aux spectateurs de suivre les duels en direct. L'Euro belgo-néerlandais fut aussi le premier à susciter un intérêt massif en dehors de l'Europe. Les matchs étaient retransmis en Afrique, en Australie, aux États-Unis... Même le Brésil et l'Argentine ont dépêché leurs équipes de télévision. Le plus grand cirque médiatique est venu d'Allemagne. ARD et ZDF ont envoyé 480 personnes pour couvrir l'événement.

Et qu'avions-nous en 2000 pour regarder ces images diffusées en masse ? Le plus souvent, une télévision de l'ancien type à tube cathodique. Nous voulions des images vivantes et nettes, et c'était le cas, mais nous ignorions encore à quel point la technique allait progresser dans les 15 années à venir. Les tubes encombrants ont cédé la place aux téléviseurs plats. Les écrans LCD et la haute définition sont devenus les normes, et nombreux sont les fans de foot qui regarderont les matchs de cet été sur une Smart TV.

La télévision Samsung SUHD

Dans le domaine des écrans de télévision

Dans le domaine des écrans de télévision, Samsung est un précurseur, mieux placé que quiconque pour parler des possibilités des appareils de 2016. Sur les nouveaux téléviseurs Samsung SUHD, tout est pensé pour offrir au spectateur l'expérience la plus complète possible. Voici leurs principales propriétés :

  • - Luminosité : Les télévisions SUHD de Samsung sont équipées de la technologie HDR 1000. Grâce à une luminosité de 1000 nits, vous profitez d'une image éclatante et contrastée. Que le match se déroule le soir ou la journée, vous pourrez toujours compter sur une qualité d'image exceptionnelle.
  • - Couleurs détaillées : La technologie Quantum Dot permet aux appareils Samsung SUHD d'afficher des couleurs 64 fois plus détaillées. Vous aurez l'impression d'être dans les tribunes !
  • - Curved : L'écran incurvé donne une sensation de profondeur. Exactement comme si vous étiez au cœur de l'action. Vivez le match intensément !
  • - Smart TV : Avec votre Smart TV, vous pouvez consulter vos médias favoris pour rester au courant de l'actualité du ballon rond. Vous connaîtrez le score des autres matchs qui ont lieu au même moment.
  • - Soundbar : L'impressionnante image de votre Samsung SUHD TV mérite le son exceptionnel d'une Soundbar. Tous deux se complètent parfaitement. Les chants des supporters retentiront jusque dans votre salon.


En ligne

Il est clair qu'Internet a joué un rôle majeur dans la révolution du sport à la télévision. En juin et juillet prochains, l'UEFA va créer ses propres contenus et les distribuer sur les canaux numériques. Alors qu'en 2000, souvenez-vous, Internet en était à ses balbutiements. Twitter, Facebook et YouTube n'existaient pas encore. C'était le début des chatrooms et des blogs. Les forums gagnaient en popularité. Twitter est aujourd'hui un des premiers canaux médiatiques dans le monde du sport. À l'occasion de l'Euro, le trafic sera plus intense que jamais. YouTube propose presque quotidiennement de nouvelles images sur le thème de l'Euro. Facebook a lancé au début de cette année Facebook Sports Stadium, une nouvelle appli « deuxième écran » promise au succès à l'occasion du prochain tournoi.

L'heure est venue. Les Diables Rouges, les nouveaux téléviseurs Samsung SUHD et toutes les autres possibilités technologiques sont au rendez-vous pour garantir à tous les fans du foot belge une expérience sans précédent. Les hommes de Marc Wilmots visent le titre. Pas question d'en manquer une seule image !