expand nav
«Smart Classroom» — 3ème partie: Réussir à apprendre avec des robots

«Smart Classroom» — 3ème partie: Réussir à apprendre avec des robots

Par Manuel,  12.09.2016.


En cours d’informatique, Christoph Schluchter montre à ses élèves que les nouvelles technologies sont bien plus que des jouets.

Lorsque l'on entre dans le bâtiment de l'école d'Aeschlen, un petit robot motorisé traverse d'un seul coup le sol en pierre. Le cours de Christoph Schluchter a déjà commencé. On peut observer des groupes de deux répartis dans le couloir et dans la classe et plongés dans leur travail. Quand la commune de Sigriswil a décidé il y a un an de renouveler radicalement son équipement technique, M. Schluchter était en première ligne en tant que responsable du support ICT. «Notre informatique était dans un état désespérant», raconte-t-il. «Il y avait trois vieux ordinateurs portables pour une classe.» C'est tout juste si ça en valait la peine de faire un cours dessus. «Ça durait tout simplement trop longtemps jusqu'à ce que les ordinateurs soient allumés.» Depuis un an, l'école est partenaire du programme Corporate Citizenship de Samsung. «Nous avons maintenant une tablette par enfant dans la classe.»


img-01

Cet équipement a ouvert de nouvelles possibilités. Lors d'un cours, qui complète l'enseignement obligatoire, ce dessinateur en bâtiment de formation a décidé de concrétiser l'apprentissage du numérique avec une idée géniale. Il s'est procuré plusieurs boîtes de Lego Mindstorms, les robots de Lego que l'on peut programmer avec une tablette.


img-02

La tablette comme outil

Sebastian et son camarade de classe ont construit un robot qui peut soulever une caisse à l'aide de bras préhenseurs et la transporter à un endroit précis. «Au début, on a eu du mal à déterminer le bon angle des bras préhenseurs», explique ce garçon de 11 ans. Puis, après de nombreux essais, ils sont tous les deux parvenus à faire faire son travail au robot.

img-03

«Tous les robots sont composés pour l'essentiel d'une petite charrette et de différents capteurs», explique M. Schluchter. «Ils peuvent être programmés avec les tablettes.» Il initie alors les élèves petit à petit à ce travail. «Ils effectuent tout d'abord des tâches simples pour apprendre à connaître les différentes fonctions. Les scénarios deviennent alors de plus en plus compliqués.»

Résoudre des problèmes

Les enfants ont beaucoup d'idées différentes. «Notre robot doit pouvoir aboyer comme un chien et se déplacer dans la pièce», explique Jenny. Til et Linus, qui sont en train d'effectuer le montage d'un court-métrage sur leur projet de robot, ont construit un distributeur de bonbons. «La machine présente un Sugus tiré d'une boîte sur demande», expliquent-ils tous les deux fièrement. Pour leur enseignant, M. Schluchter, la plus-value de ces projets réside dans une nouvelle compréhension de la technologie: «Les tablettes et les ordinateurs font partie du quotidien mais les enfants les utilisent encore principalement pour chatter et jouer. Je veux leur monter que ce sont des outils permettant aussi de résoudre des problèmes et d'obtenir des informations.»


img-04

Apprendre en s'amusant, cela plaît visiblement aux enfants. Ils travaillent tous très concentrés et indépendants. «Pendant ce travail, je ne veux pas jouer sans arrêt les profs et critiquer», explique M. Schluchter. «Si le robot fait ce qu'il doit faire, ils savent alors qu'ils ont bien travaillé.»