Actualités

Les écrans vont-ils révolutionner le commerce, au sens large ?

Faisons-nous nos courses aujourd’hui comme nous les faisions il y a dix ans ? Vivons-nous une expérience shopping semblable à celle que nous pourrons avoir dans ne serait-ce que 5 ans ?

27/10/2017

Faisons-nous nos courses aujourd’hui comme nous les faisions il y a dix ans ? Vivons-nous une expérience shopping semblable à celle que nous pourrons avoir dans ne serait-ce que 5 ans ? Dans les deux cas, la réponse est la même. Le web, le e-commerce, les réseaux sociaux, les smartphones mais aussi le renouvellement des espaces de vente… tous ont contribué à totalement renouveler la manière dont le consommateur prépare et accomplit ses achats.

Si l’expérience du consommateur commence bien en amont de son déplacement “physique” dans un magasin (ou plus globalement dans les lieux de contacts avec l’entreprise dont il est client), il n’en demeure pas moins qu’énormément d’efforts sont consentis pour améliorer le présentiel. D’où le gros enjeu pour toutes les entreprises ayant des lieux de rencontre avec leurs clients, prospects ou usagers : ré-enchanter l’expérience “physique” en y injectant du digital. Les écrans changent la donne : petite visite virtuelle en “immersion” dans un magasin du futur, au cours de laquelle il est bien difficile de faire la part du rêve et… de la réalité !

Et si ce n’était pas qu’un rêve ?

“Samedi, 17h30. Dans mon époque, les séances de lèche-vitrines n’ont pas disparu, et c’est même plus que jamais une occupation prisée et appréciée, qui se fait seul, en groupe, en famille… ou avec son réseau “à distance” via le partage en “live”. Les écrans en devanture des magasins attirent mon oeil tout en me renseignant sur les promos du moment. Ces écrans se calquent sur qui je suis pour me proposer un contenu spécialement fait pour moi.

Grâce à la reconnaissance faciale et parfois vocale, chaque vitrine s’adapte et se personnalise pour me donner envie de rentrer en boutique. Et ce d’autant plus que si une disposition de vitrine n’est pas assez efficace (les écrans connaissent le pourcentage de personnes s’arrêtant ou ralentissant, là où nous regardons, pendant combien de temps), elle est automatiquement remplacée par une autre dont on attendra qu’elle soit plus performante. Comme cela a été le cas dans cette chaîne très connue de sacs et accessoires qui a su adapter toute sa gamme été, région par région, magasin par magasin, pour proposer en priorité les références les plus regardées et demandées.

Mon expérience de visite est également facilitée dès mes premiers pas en boutique ou en agence. Je suis guidé vers les rayons que je souhaite voir et on me donne de premiers conseils adaptés à mes besoins, que j’ai exprimés dès l’entrée grâce à l’écran tactile mis à disposition. Je ne suis pas dupe : je sais que le magasin répartit son trafic vers les fameuses “zones froides” de l’instant en proposant des animations ou des promotions smart.
Ces dernières seront en effet automatiquement supprimées ou renouvelées en fonction de leurs performances à la caisse. C’est même devenu un jeu pour certains que d’optimiser leurs visites ainsi ; dans tous les cas, je gagne du temps et je profite mieux de mon petit séjour dans le point de vente !

L’alliance de l’humain et du digital pour une meilleure expérience d’achat

Je me souviens encore des allers-retours entre cabines et rayonnages… Ah, le temps a passé. J’ai maintenant un écran-miroir dans ma cabine, ce fameux Virtual Fitting Room ou “cabine connectée” comme certains l’appellent. Quoi qu’il en soit, c’est bien pratique : je peux demander une taille ou une couleur différentes directement depuis derrière le rideau, et l’écran reconnaît les articles qui me plaisent.

Je peux me faire apporter les accessoires complémentaires (tiens, je n’avais pas pensé à cette ceinture !) que l’écran me propose automatiquement en reconnaissant mes préférences (il sait d’ailleurs ce que je porte actuellement), ou même voir à partir de quel montant je bénéficierai d’une réduction. Et top cet “essayage virtuel” où je peux me la jouer Pretty Woman, mais en accéléré, changeant de style en quelques secondes, d’un simple mouvement de bras ! Là encore, le magasin y trouve son compte : le stock se met à jour en temps réel et les écrans dans les rayonnages, en face de chaque référence, permettent de savoir si mon 40 est toujours disponible en bleu !

Faire son choix est évidemment toujours aussi difficile : on aimerait pouvoir tout acheter ! Pour autant, grâce aux écrans disséminés ci et là avec les produits, il est maintenant très simple d’obtenir toutes les informations voulues, tous les comparatifs et même tous les avis. On parle même des premiers écrans totalement transparents pour les produits “sous vitrines”...

Paiement, recherche d’informations de base, orientation… les pixels s’en chargent très bien. Les vendeurs, quant à eux, ont de plus en plus un rôle de conseil : ils sont là pour m’aider dans mes choix et consacrent leur temps à faire en sorte que l’expérience soit la plus agréable pour chacun des chalands

Évidemment, les écrans d’affichage ne font pas tout. Heureusem7ent que d’autres types de supports prennent le relais. Visiter un appartement que l’on a ciblé, découvrir l’hôtel dans lequel passer ses vacances ou encore s’asseoir dans un modèle de voiture que l’on a personnalisé est devenu monnaie courante grâce aux casques de réalité virtuelle. Au coeur de toutes les surfaces de vente, chacun rivalise d’ingéniosité dans l’utilisation de ces écrans pour améliorer notre expérience, nous donner envie d’entrer, de nous déplacer dans le point de vente, de prendre en main certains produits ou de demander conseil aux vendeurs ou conseillers.


Oui, vraiment, c’est une chouette expérience offerte pas les distributeurs : connectée, interactive, renouvelée constamment, prolongée sur les smartphones personnels de chacun…”