Passer au contenu
Content

Mobilité, comment combler le retard ?

Alors que la stratégie de mobilité occupe une place centrale dans la stratégie numérique, la France tarde à la mettre en place.

PARTAGER

google plus linkedin pinterest

Sélectionnez votre réseau social pour partager cette page.

Fermer la fenêtre
mobilite
Alors que la stratégie de mobilité occupe une place centrale dans la transition numérique, la France tarde à se donner les moyens de la mettre en place.

Tablettes, smartphones, phablettes, applications dédiées : aujourd’hui, la mobilité doit être au cœur de la stratégie des entreprises. Avec plus de trois cadres français sur quatre qui déclarent travailler depuis au moins deux lieux différents (bureau, domicile, centre de télétravail, chez un fournisseur, dans un endroit public, etc.), la mobilité n’est plus un concept : elle est, au contraire, bien réelle, dans notre pays comme à l’étranger.
Mais fait-elle l’objet d’une stratégie réfléchie, pensée à long terme ? La réponse est clairement non, si l’on en croit une étude du cabinet Vanson Bourne menée en 2014 auprès de 1300 décideurs IT de 21 pays et parue l’an dernier. Seuls 40 % des répondants français expliquent avoir mis en place une stratégie mobile !
Aux États-Unis, ils sont plus de 95 % à l’avoir déjà fait. Plus globalement, c’est toute l’Europe qui est à la traîne sur le sujet : l’Allemagne et la Grande-Bretagne s’en sortent mieux que les autres sans atteindre la moyenne (47 %), quand les Pays-Bas (24 %) ou l’Italie (21 %) font encore pire que la France.
Étonnamment, parmi les pays en retard hors Union européenne, figure aussi le Japon (21 %).
mobilté 2
Seul un quart des décideurs estiment que leur entreprise est prête!

Les choses se compliquent quand on entre dans le détail de l'étude: ainsi, près d'une entreprise française sur trois (29%) assure n'avoir tout simplement... aucun intérêt pour les projets de mobilité!
Un chiffre étonnamment élevé lorsqu'on sait qu'en plus les répondants étaient des DSI, donc intégrés à des sociétés ayant des besoins a priori assez importants en informatique.
Aux États-Unis, cette proportion tombe à... 0%. Toutes les entreprises américaines interrogées ont donc un intérêt pour les projets de mobilité, probable signe d'une maturité plus grande sur le sujet.
À 51%, les Français arguent de raisons de sécurité pour justifier leur absence d'ambitions en la matière. Enfin pour ce qui est du budget consacré à la mobilité, 32% des décideurs IT l'estiment entre 1 et 5% du budget IT global, contre 32%qui le situent au-dessus du cinquième. Et 9% d'entre eux ne consacreront tout simplement aucun budget à cette stratégie de mobilité... Ce qui conduit les décideurs IT, dans une autre étude publiée par HP en 2015, à être moins d'un quart (24%) à penser que leur entreprise est bien équipée pour le travail mobile!
En somme, il reste beaucoup à faire pour mener à bien cette bataille-là, pourtant essentielle dans la transition numérique...

CONTENUS CONNEXES

Actualités
Le télétravail, et si tout le monde y gagnait ?
La possibilité de télétravailler améliore souvent le bien-être des salariés tout en étant bénéfique pour l’entreprise.
Actualités
Omnicanal : Passer du physique au virtuel
Pour quels usages les boutiques passent-elles du « physique » au « virtuel » ?
Actualités
Un consommateur sur deux utilise les services d’une fintech
Selon une étude menée dans 15 pays, 50% des clients utilisent les services d’au moins un acteur alternatif aux banques.
Actualités
Numérique : Jusqu’où faut-il ouvrir les données publiques ?
Loi Lemaire : Avis divergents pour les administrations et certaines entreprises quant au partage de leurs données : Menace du secret industriel VS opportunité concurrentielle.