Productivité / Enabling People

Projet Pontis: commander une télévision par le cerveau

Comment peut-on utiliser l'interface entre l'homme et la machine chez les personnes handicapées? Samsung donne vie à l'impensable.

Cette scène a demandé un travail intensif: dans une salle de thérapie du Centre suisse de paraplégiques (CSP) à Nottwil, se tiennent des thérapeutes du CSP, les chefs de projet de Samsung Suisse et les chercheurs de la Haute Ecole de Lucerne (HSLU), le regard rivé sur un participant au test, dont le cerveau est relié par des capteurs à une télévision. Depuis plusieurs mois, un prototype a été développé en commun, lequel établit une interface simple entre l'homme et la machine par BCI (Brain Computer Interface). Une équipe de tournage a accompagné le projet suisse innovant de Pontis et l'a filmé - de la première idée jusqu'au prototype applicable.

Project Pontis
Projekt Pontis: commander une télévision par le cerveau
«Rendre la qualité de vie et l'indépendance»

Dans l'interview, Bart de Kimpe, ergothérapeute et Responsable thérapies au Centre suisse de paraplégiques de Nottwil, révèle l'importance des progrès techniques pour le quotidien de ses patients.

Comment les nouvelles technologies ont-elles changé votre travail?

De Kimpe: malgré parfois une paraplégie importante, nos patients doivent pouvoir communiquer seuls leur demande. En tant que spécialistes, on nous demande de persévérer également d'un point de vue technique, pour que nos patients puissent bénéficier de la communication, de l'autonomie et de la vie privée qu'ils souhaitent. La numérisation a des conséquences extrêmement positives sur notre travail. Du simple grossissement de texte à l'utilisation d'une assistance vocale, en passant par la lecture de pages Internet: ce qui nécessitait auparavant des appareils spécifiques onéreux et complexes, peut aujourd'hui être effectué tout simplement par smartphone, grâce à l'application correspondante.

Dans quel domaine trouve-t-on le progrès technique le plus impressionnant?

Jusqu'à quelques années en arrière, les patients paralysés devaient se faire lire et écrire leurs e-mails ou sms par des proches ou un soignant. Les conséquences sur leur vie privée étaient telles, qu'ils renonçaient souvent à ce mode de communication. Grâce aux nouvelles technologies, les patients peuvent désormais décider eux-mêmes ce qu'ils écrivent, lisent ou avec qui ils souhaitent chatter. Autrement dit, ils peuvent poursuivre leur communication avec le monde extérieur, malgré un lourd handicap.

Vous avez participé au projet Pontis et avez suivi l'application réussie du prototype. Quelles possibilités promettez-vous grâce à l'utilisation de la technologie BCI?

Comme dit, à l'aide de divers matériels et logiciels, nous avons déjà pu rendre à de nombreux patients un peu de qualité de vie. Les solutions efficaces pour les personnes atteintes du Locked-In Syndrome, la plus haute forme de paraplégie, demeurent insuffisantes, voire inexistantes. L'accès à ces patients est un vrai défi. La technologie BCI appliquée dans le projet Pontis crée une interface qui transforme les ondes cérébrales en ordres clairement identifiables. Cela pourrait être l'instrument manquant qui changerait fondamentalement la vie des patients atteints du Locked-In Syndrome.

Découvrez d'autres histoires