Productivité / Vie

Les enfants, dites bonjour au télétravail!: Thomas

Trois pères de famille se livrent sur les bouleversements de leur quotidien à jongler entre s’occuper des enfants et télétravail.

Un enfant fait de la peinture à l’eau assis à une table.

Depuis les panneaux Stop faits maison jusqu’aux solutions trouvées ensemble, Thomas nous explique comment sa partenaire et lui gèrent le télétravail et les enfants.

Une liste sur laquelle les enfants ont écrit leurs nouvelles règles.

Thomas, explique en deux mots comment cela se passe chez toi.

Nous avons deux enfants de cinq et six ans. Ma copine travaille aussi depuis chez nous, elle à 60 % et moi à 80 %. La situation devient problématique pour s’occuper des enfants les jours où nous travaillons tous les deux à 100 %.

«Nous avons transformé notre chambre en un bureau.»

Comment est maintenant le télétravail comparé à la 1re semaine?

Au début, nous étions vraiment plus stressés et tendus. Surtout parce que les enfants sont très « scotchés » à leur mère. Nous avons transformé notre chambre en bureau et nous étions persuadés que les enfants allaient débouler de temps en temps dans la pièce lorsqu’elle devrait y travailler. Nous avons remarqué par la suite que cela n’était pas vraiment un problème, mais nous devons toujours trouver de nouvelles activités pour qu’ils s’occupent seuls.

Essayez-vous de respecter un rythme précis au quotidien?

Un rythme fixe au quotidien aide surement, mais nous n’arrivons pas toujours à le suivre. Nous petit-déjeunons ensemble et la personne qui «va travailler» dit au revoir à la famille avant d’aller dans le bureau. Les enfants ont également bricolé eux-mêmes un panneau Stop vert et rouge pour que nous puissions indiquer quand nous avons un appel important et qu’il ne faut pas nous déranger. Lorsque le panneau est vert, ils ont le droit de rentrer et de demander quelque chose. Cela leur permet de comprendre beaucoup mieux la situation.

Qu’as-tu sous-estimé concernant le télétravail et les enfants?

Organiser 14 repas par semaine! Un jour ou l’autre, on finit par ne plus savoir quoi faire. En plus, comme on essaie d’aller faire des courses le moins souvent possible, cela signifie qu’il faut prendre le temps de planifier tous les repas. Beaucoup de personnes ont maintenant plus de temps qu’avant, pour nous, c’est exactement le contraire. Mais nous ne sommes surement pas les seuls dans ce cas.

Quelle est votre botte secrète lorsque la situation dégénère?

Nous n’avons pas vraiment de solution. C’est sûr, on peut mettre les enfants devant la télé, mais nous utilisons ce joker uniquement lorsque nous devons nous concentrer tous les deux sur notre travail. Quand cela dégénère vraiment, tout ce qu’il y a à faire, c’est de s’arrêter cinq minutes pour s’asseoir tous ensemble et écouter ce qu’il s’est passé. Comme ça, nous pouvons trouver une solution tous ensemble.

Comment les enfants vivent-ils la situation?

Ils voient que la situation actuelle n’est pas facile et les contacts sociaux leur manquent. Nous sommes très contents que les enfants jouent bien ensemble et qu’ils apprécient aussi les activités à faire tout seul. Ma fille a par exemple décidé qu’elle souhaite cuisiner pour nous à Pâques et faire elle-même tout de A à Z. Nous avons le droit d’être là et de lui indiquer l’étape suivante, mais pas de l’aider. Nous sommes impatients de voir ce que cela va donner.

«Il est important de parler sur un pied d’égalité avec les enfants, de les prendre au sérieux et de les écouter lorsque l’on planifie.»

Que conseilles-tu aux parents dans cette situation?

Nous ne devons pas oublier que la situation est tout aussi difficile pour les enfants que pour nous. Ils ne peuvent pas jouer avec leurs amis et ils sont quasiment H24 à la maison avec leur famille. Il est alors important de parler sur un pied d’égalité avec les enfants, de les prendre au sérieux et de les écouter lorsque l’on planifie. Nous sommes revenus de nos vacances à la montagne pour commencer directement la nouvelle semaine en télétravail. Toute la famille s’est alors réunie, nous avons abordé des thèmes et écrit ensemble des solutions. Voici quelques bons exemples : «Quand a-t-on droit à un dessert? Le midi ou le soir?», «On ne regarde un film que le mardi soir», etc. Les enfants ont décidé avec nous et tout consigné à l’aide de dessins et d’icônes. La liste est maintenant collée sur le frigidaire à leur hauteur.

Ici, tu trouveras d'autres interviews.

Découvrir plus d'articles