Actualités

Oui, les commerces de proximité doivent se moderniser

Système de caisse certifié NF 525

17/09/2018
Une femme tient une tablette dans un magasin

 

Face au développement des technologies au sens large, il convient de souligner leur importance dans la modernisation des petits commerces. De ce point de vue, la solution d’encaissement connectée encouragée par la Loi de finances s’impose aujourd’hui comme une évidence dans leur développement.  Les bénéfices escomptés sont non-négligeables, tant au niveau financier qu’organisationnel.

Aujourd’hui, être commerçant de proximité et repenser sa relation client n’est pas incompatible. Se moderniser, c’est assurer une croissance de son chiffre d’affaires. Depuis quelques années, on assiste effectivement à un déclin de l’audience des grandes surfaces au profit des petits commerces. Les consommateurs recherchent davantage de proximité, une dimension plus humaine dans l’acte d’achat, une consommation locale, de qualité et éthique.

Est-il envisageable de combiner la modernisation technologique, le commerce de proximité et une relation client repensée ?

Quelques chiffres clés

Des chiffres clés révélateurs du comportement d’achat des Français :

30% des français déclarent renoncer à des achats à cause d’une file d’attente trop longue[1] ;

78% des consommateurs se renseignent avant d’acheter en boutique[2].

 

Petits et moyens commerces, n’attendez plus, lancez-vous !

Si les commerces de proximité n’en sont qu’à leurs débuts, la modernisation technologique leur permet d’utiliser à terme leur plein potentiel et de développer leurs ventes. En ce qui concerne la législation, la Loi de finances (Sapin 2) encadre et soutient la transition digitale de ces commerces. Depuis le 1er janvier 2018, elle leur impose de s’équiper d’un système d’encaissement connecté et certifié permettant de tracer les opérations : cette obligation s’inscrit dans la lutte du Ministère des Finances contre la fraude à la TVA, évaluée à 17 milliards d’euros par an.[3]

Comme le souligne Me Julie Forner, avocate au Barreau de Nantes, « le système d’encaissement à adopter doit être approuvé par la certification NF 525 ». Il doit se composer d’un Terminal de Paiement Électronique, d’une tablette ou d’un smartphone équipé d’une application, d’une caisse enregistreuse et d’une imprimante. L’avantage principal réside dans la mise en conformité avec la loi tout en utilisant du matériel ouvrant la porte à de nouvelles opportunités.

Beaucoup de petits commerçants doivent se dire : « pourquoi troquer ma caisse enregistreuse contre un attirail high-tech ? » Il convient de mettre les choses au clair, ce dispositif comporte de nombreux avantages et peut concrètement développer le chiffre d’affaires. 

Focus sur la certification NF 525

La certification NF 525 permet aux éditeurs de proposer des solutions qui justifient auprès de l’administration, la fiabilité des données enregistrées et leur intégrité par un système d’encaissement sécurisé.

logo NF

L’encaissement électronique, l’essayer c’est l’adopter

Parmi les nombreux avantages du dispositif, nous relevons la traçabilité des actions, l’augmentation du potentiel de vente, l’optimisation de l’expérience client alimentée par un gain de temps certain. En effet, cela s’illustre par l’ergonomie de l’application installée sur la tablette ou le smartphone, la possibilité de gérer ses fichiers clients, de scanner des cartes de fidélité ou encore de gérer ses plannings. Le système d’encaissement est conçu et adapté à tout type de petit commerce à travers de nombreuses fonctionnalités s’ajoutant à la possibilité de payer en espèces, par carte bancaire ou encore en tickets restaurant. Exporter les opérations bancaires ou d’encaissement pour faciliter le travail comptable, revaloriser son comptoir et sa relation client grâce à une tablette design et mobile devient plus agréable.

Yvan Longuet, le fondateur d’Allegria, un bar à pâtes basé à Paris (8ème arr.), souligne la contribution de de la solution Innovorder au développement de ses ventes. L’application facilite grandement la gestion du flux de clientèle. Yvan Longuet explique que :

« Les clients composent leurs plats sur une tablette tactile sur place ou à distance via l’application grâce à une large gamme de produits. De plus, la prise de commandes s’effectue plus rapidement, avec en moyenne 150 commandes par jour, car le bar à pâtes réalise 80% de son chiffre d’affaires en une heure de service le midi. Enfin, on constate une augmentation du chiffre d’affaires de 10% à 20% grâce à l’ajout de suppléments dans la garniture par les clients via l’application. »

Visuel application paiement

George Aspiro, gérant et propriétaire du restaurant Cluburger à Deuil-la-Barre (Val-d’Oise), exprime sa satisfaction d’avoir adopté l’application C-link U-till de Symag. Elle a pour effet immédiat d’offrir un gain de temps très considérable dans la gestion quotidienne de son restaurant :

« C-link U-till c’est de nombreux bénéfices au quotidien, premièrement un gain de temps énorme : en un clic j’envoie tout au comptable et ça me permet d’accorder plus de temps au client. Puis on a une gestion en back office qui nous permet de tout gérer en temps réel ici ou au bureau, je vois tout directement. Et le matériel se fond très bien dans le décor ! »

caisse connectée dans un restaurant burger

Alors convaincu(e) ? La flexibilité offerte par cette technologie doit bénéficier à chaque petit commerçant. Si la peur de se moderniser persiste parfois face au changement, elle ne doit en aucun cas freiner votre développement commercial. La Loi de finances n’est pas une contrainte futile mais bien une opportunité à saisir.

Face à d’éventuelles réticences, les commerçants doivent garder à l’esprit que cette technologie ne leur ôte aucunement l’aspect humain. Au contraire, ce nouveau système de caisse réduit les files d’attente et augmente leurs revenus, tout en maintenant un contact social avec la clientèle au comptoir. Avec le système d’encaissement en ligne, la forme d’achat évolue mais le fond reste indéniablement le même. Cette technologie doit simplement être perçue comme un outil de modernisation sinon d’accélération du processus d’achat.

 

 

Pour en savoir plus sur Allegria et Cluburger.

Pour aller plus loin : Moé Poké est un restaurant exotique basé à Paris qui a adopté la solution Innovorder.

 

 

[1] https://siecledigital.fr/2017/06/15/la-digitalisation-des-commerces-de-proximite-un-imperatif-pour-leur-survie/

[2] https://www.wizishop.fr/blog/ropo-78-des-acheteurs-sinforment-en-ligne-avant-dacheter-en-magasin-le-chiffre-du-jour.html

[3] https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/020417/17-milliards-de-fraude-la-tva-par-en-france

[4] http://www.nf525.com/index.php?option=com_content&view=article&id=95&Itemid=582