Bck-blanc-Tyrsa-420x1079
S
E
R
I
F

Tyrsa, autrement connu sous le nom d’Alexis Taïeb, maîtrise l’art ancien de la lettre comme peu d’artistes aujourd’hui. Ainsi, Tyrsa aborde le design des objets avec le regard singulier du typographe. La première fois qu’il a découvert le SERIF TV, il a tout particulièrement été sensible à cette référence à un élément, l’empattement, qui compose de nombreuses polices d’écriture.

Tyrsa 1

La typographie Serif synthétise toutes les autres typographies sur une base d’empattements, ce clin d’œil ne peut que me plaire précise-t-il.

Passant de tablettes graphiques aux crayons à papier, de la feuille à la bombe, c’est d’abord grâce à l’aspérité du béton et au monde du graffiti qu’il a fait ses premières armes. Plus jeune, il se fait connaître sous le nom de Satyr, avec son ami Ilk. Ensemble, ils fondent un projet commun, qui se matérialise à travers des illustrations et sur des fresques. Aujourd’hui, il est illustrateur, spécialisé dans la typographie (ou “dessin de la lettre” comme il aime appeler sa discipline) et enchaîne les grands projets.

Tyrsa 2

Comment se renouveler dans l’art de la lettre ? Tyrsa répond par “la curiosité, tout simplement, se balader, voyager, regarder des vieilles enseignes avec des typographies qui figent un style et un instant assez intemporels”. Dans ses voyages, les États-Unis et le Japon sont les pays qui s’alignent le plus avec sa créativité. L’un pour toute la tradition du graffiti (dont les lettrages sont agressifs) et la culture hip-hop, l’autre pour son esthétique très design et très mesurée où tout paraît évident, épuré et beau. Son challenge est d’apporter “un petit truc en plus”, qui fera toute la différence pour ne jamais se répéter. Tyrsa est à la recherche d’interprétations multiples partant de la fonction première pour le transfigurer en un objet à exposer chez-soi à l’instar du SERIF TV. C’est ce goût du défi qui lui insuffle autant d’idées, au moment de la découverte surprenante d’un brief ou de la défense d’une idée auprès d’un client.

Tyrsa 3

Dans son travail, Tyrsa explore continuellement toutes les diagonales possibles : il peut utiliser de l’encre de Chine, du feutre, de l’aquarelle, imaginer des logos, des illustrations, ou des… gâteaux. Un des projets qui lui tient le plus à cœur est ce fameux “Tyrsamisu” qu’il a réalisé avec la pâtisserie Liberté et le chef Benoît Castel. Dans cette œuvre, les lettres sont formées par des morceaux de chocolat, où le goût et l’esthétique de chaque caractère, le fond comme la forme, étaient aussi importants.

Tyrsa 4

Tyrsa passe beaucoup de temps à concevoir croquis, lettrages, esquisses et premières idées, car “tout part du crayon” comme il nous le rappelle. En effet, la notion de co-création occupe une place assez importante dans son travail typographique. Ainsi ses plus grandes satisfactions résident dans ses collaborations plus que dans ses projets personnels. Tyrsa s’efforce de présenter des références fortes tout en ayant la volonté de toucher le plus grand nombre. C’est cette même démarche qui a guidé la conception du SERIF TV et à laquelle il est très attachée.

Tyrsa 5

Tyrsa s’attache à faire passer son art “manuel” du côté du numérique et de la modernité. Il affectionne particulièrement à ces nouveaux formats qui lui permettent d’être innovant tout en travaillant de manière traditionnelle.

D’autres portraits de créateurs
x

partager cet instant à vos amis