Une grossesse plus sereine grâce à Bloomlife

Par Samsung Belgique 10.01.2017

grossesse bloomlife

Devenir parents représente un réel bouleversement. Si la joie et l’impatience sont au rendez-vous lors de la grossesse, beaucoup d’incertitudes accompagnent également cette période. Et si un ingénieux objet connecté pouvait mettre fin à ces inquiétudes?

Dépoussiérer les technologies existantes

Avec leur start-up Bloomlife, le liégeois Julien Penders et son partenaire américain Eric Dy ont voulu dépoussiérer les technologies de monitoring disponibles à l ’ heure actuelle pour assurer le suivi prénatal. « L ’ inspiration pour Bloomlife est venue avec la première grossesse de mon épouse » explique Julien, « Nous avons alors pu nous rendre compte de l ’ incertitude qui accompagne une grossesse, du grand nombre de questions qui se posent à travers cette période de la vie, et du peu de réponses disponibles aujourd ’ hui. Nous avons également été surpris par les questions qui existent encore à l ’ heure actuelle au niveau clinique autour des possibles complications, choqués par le peu de données à la disposition des médecins pour gérer la santé prénatale mais aussi par la vétusté des technologies de monitoring. »

Un « wearable » pour la grossesse

Julien travaillais alors chez IMEC, spécialisé dans la nanoélectronique et les technologies digitales, où il était en charge d ’ objets connectés – aussi appelés « wearables » – dans le domaine de la santé et du bien-être. « Je travaillais sur le développement de technologies miniaturisées pour le monitoring des paramètres vitaux, et l ’ opportunité d ’ innover dans ce domaine m ’ est rapidement apparue » affirme le liégeois. Son équipe pouvait en effet recourir aux technologies développées par l ’ équipe de Julien au cours de ces 10 dernières années pour les appliquer au domaine de la santé prénatale. L ’ ambition ? D ’ une part, apporter des réponses aux questions des futurs parents ; d ’ autre part, apporter des données plus précises, plus complètes et de meilleure qualité aux médecins. Bloomlife était née. La start-up belgo-américaine a développé le premier dispositif intelligent portable de grossesse qui détecte et traque automatiquement les contractions. Grâce à Bloomlife, les futures mamans peuvent désormais suivre leurs contractions directement sur leur smartphone.

Amorcer le concept d ’ « e-santé »

En matière d ’ évolutions technologiques, le secteur de la santé n ’ est évidemment pas en reste. En Europe, le secteur de l ’ e-santé n ’ en est pourtant qu ’ à ses débuts. « Notre marché initial était aux États-Unis. En partie parce que nous lançons un produit grand public, non remboursé, et pour lequel les futurs parents paient de leur poche. Cette prise en charge par le consommateur de technologies et produits pour son bien-être est un concept bien développé aux States mais qui commence seulement à faire son entrée en Europe. À mon sens, nous étions un peu trop tôt pour le marché Européen » estime l ’ entrepreneur belge. Bien que tout soit loin d ’ être rose dans la Silicon Valley – compétitivité ardue, groupement de talents limité, délais plus longs pour les tests cliniques – Julien décide de quitter la Belgique pour s ’ installer avec sa petite famille à San Francisco et se consacrer au développement de Bloomlife.

Allier le meilleur de deux continents

« C ’ est un environnement terriblement stimulant, c ’ est certain. Excitant, encore plus. Les pointes d ’ adrénaline sont le quotidien ! Chacun parle de son dernier « gig » , de sa dernière start-up qui a été rachetée, ou qui s ’ est plantée » , s ’ enthousiasme le chercheur belge avant de conclure, « Ici, tout va plus vite. On ne s ’ arrête jamais. C ’ est extrêmement motivant. Passionnant. Il faut aimer cela bien sûr, être un peu fou de travail. Accepter que vie privée et vie professionnelle ne fassent plus qu ’ un. Mais n ’ est-ce pas le quotidien de toute start-up et de tout entrepreneur ? » Selon l ’ innovateur belge, la Silicon Valley a de grands avantages, mais l ’ Europe n ’ a pas à rougir. C ’ est pourquoi, dès la création de la start-up, l ’ équipe a délibérément choisi de continuer à garder un pied en Belgique. C ’ est ainsi que toutes les activités de R&D, de développement produit et de recherche clinique ont été maintenues chez nous, pour allier le meilleur des deux mondes. Un conseil pour les « tech entrepreneurs » hésitants ? « GO FOR IT ! C ’ est un vraie grand huit émotionnel, mais ça en vaut la peine » , conclut l ’ innovateur belge.

ARTICLES SIMILAIRES

dr macaron high-tech bebe

Dr Macaron : kangourou high-tech pour bébé heureux

baby sitter appli

Trouver une baby-sitter devient un jeu d’enfant

RECOMMANDÉ POUR VOUS

Samsung Galaxy S8

Galaxy S8