Datas et finances, un eldorado à sécuriser

Datas et finances

Nous vivons dans un monde aussi nomade que connecté. Un monde où tout notre quotidien tourne autour de notre smartphone. Et dans ce monde de plus en plus mobile et connecté, la sécurisation des données, surtout en mobilité, devient une question primordiale. À commencer par les données financières, alors que notre smartphone se métamorphose en un véritable portefeuille digital.

Sécurisation des données : la finance en première ligne

Si l’on en croit les résultats de la dernière livraison du Global Threat Intelligence Report (GTIR) en 2019 : la finance demeure le secteur le plus touché en attaque applicatives pour leurs données. Représentant 30 % de l’ensemble des attaques, contre 17 % au niveau mondial, la finance détrône ainsi les services aux entreprises, le secteur le plus ciblé l’an passé (20 %).  Ainsi, ce secteur se retrouve en première ligne face aux attaques ciblées. Il ne saurait y avoir de meilleur argument pour convaincre les entreprises de la nécessité absolue qu’il peut y avoir à investir dans la sécurité. Une priorité dans le cadre de leur transformation numérique.

Quelles conséquences les attaques peuvent-elles avoir sur les sociétés ? Elles peuvent être tout simplement dévastatrices : préjudice financier, perte de compétitivité, espionnage industriel… À l’heure actuelle, les attaques applicatives web représentent plus de 43 % des activités hostiles contre ces secteurs, soit une proportion bien supérieure à la moyenne mondiale de 32 %. Il appartient à chaque entreprise de déterminer où résident les véritables risques avant d’élaborer des solutions en conséquence. Selon le dernier rapport GTIR, il faut avant tout corriger les failles critiques – anciennes ou nouvelles – le plus rapidement possible dans les environnements clients, en particulier du fait de la convergence des technologies informatiques et des technologies opérationnelles.

Utiliser des coffres-forts nomades

La sécurisation nomade, Samsung y a déjà pensé. Ainsi, les smartphones, tablettes et objets connectés du géant coréen intègrent la plateforme Knox au sein même de leur architecture. Cette plateforme de sécurité mobile de niveau militaire protège déjà plus d'un milliard d'appareils Samsung personnels et professionnels. Offrant une sécurité multicouche, elle défend les informations les plus sensibles contre les logiciels malveillants, les menaces mobiles et autres ransomware. L’intégralité des données est toujours en sécurité, chiffrée par défaut à l'aide d'un module de chiffrement certifié par le gouvernement. En cas de vol ou de perte de votre appareil, le contenu ne sera pas visible. Au-delà du smartphone, l’écosystème Samsung Knox ne cesse de se développer. Il s’étend aux téléviseurs, aux appareils électroménagers intelligents et aux autres appareils IoT et 5G. La technologie Knox protège ces appareils connectés grâce à une architecture de sécurité matérielle qui les sécurise dès leur mise sous tension. Pour que tout ce qui est connecté soit pleinement et toujours sécurisé.

Des alternatives sûres à la finance traditionnelle

Et si, du fait de la place centrale des données financières dans nos vies, et des attaques qui les visent, la sécurisation des données financières devenait un véritable avantage concurrentiel ? Si elle était le meilleur rempart face aux cyberattaques ? Et en matière de cybersécurité et de protection des données, les fintech ont une véritable longueur d'avance. Comment l’ont-elles acquise ? En mariant extraction, analyse et exploitation des données, elles sont désormais à même de proposer aux clients connectés des plateformes de services alternatifs à la finance traditionnelle.

Les premiers pas de la révolution des données

Nous ne sommes qu’aux premiers pas de la révolution de la data et du big data. Le futur de la protection de la data financière est encore en partie inimaginable, même s’il se bâtit aussi sous nos yeux du fait des capacités de sécurisation de plus en plus poussées des smartphones. Les derniers textes européens relatifs aux paiements et à la protection des données instituent la portabilité de ces derniers ainsi que la capacité pour le titulaire d’un compte bancaire de donner mandat à un prestataire régulé afin qu’il puisse réaliser des opérations de paiement pour son compte. Ainsi, le client se voit non seulement reconnaître la pleine propriété de ses propres données, mais aussi conférer les outils pour les monétiser.

Entre monnaies virtuelles et blockchain, comment paiera-t-on demain en tant que nomade connecté au cœur de la ville ?  Par biométrie ! Il suffira sans doute de votre voix et de votre regard, au-delà de votre empreinte digitale, pour valider un achat ou confirmer un virement. Prononcez le paiement à haute voix, regardez l’écran, et c’est payé ou transmis ! Dans ces transactions strictement infalsifiables, les données biométriques resteront littéralement intraitables, elles seront cryptées, et aucune ne sera conservée.

Et si, du fait de la place centrale des données financières dans nos vies, et des attaques qui les visent, la sécurisation des données financières devenait un véritable avantage concurrentiel ? Si elle était le meilleur rempart face aux cyberattaques ? Et en matière de cybersécurité et de protection des données, les fintech ont une véritable longueur d'avance. Comment l’ont-elles acquise ? En mariant extraction, analyse et exploitation des données, elles sont désormais à même de proposer aux clients connectés des plateformes de services alternatifs à la finance traditionnelle.

Exploitez tout votre potentiel mobilité

Exploitez tout votre potentiel mobilité