L'Art Store

Retrouvez d'autres anecdotes sur les oeuvres de l'Art Store.

Les Nymphéas

Claude Monet

Encadrés par un The Frame élégant, les Nymphéas de Claude Monet nous plongent dans l’un des plus beau chef-d’œuvre du peintre, son jardin. Plus de 31 ans ont été nécessaires à l’impressionniste pour réaliser cette série de 250 tableaux. Trois décennies au cours desquelles sa maîtrise évolue, poussée par ses rencontres avec d’autres artistes influents.

Les variations de lumière sont au cœur de son travail, sublimant au passage les célèbres nénuphars des jardins de Monet. Découvrez cette collection légendaire, tout droit venue de Giverny dans l'Art Store de votre téléviseur The Frame à partir de 4,99 €.

Image

Le saviez-vous ?

Toute œuvre possède sa propre histoire, découvrez celle des Nymphéas par artips

Dans ce petit village de Normandie, les habitants mènent une vie tranquille, sans histoire. Jusqu’à ce qu’un des propriétaires se mette à dos les lavandières et les paysans du coin.

Qui est donc ce fauteur de trouble ? Le fameux peintre Claude Monet. Cet impressionniste est fasciné par les reflets de la lumière sur l’eau et passionné d’estampes japonaises. Pour conjuguer ses deux amours, il décide de se créer un jardin d’inspiration japonaise agrémenté d’un bassin. Il achète alors un terrain adjacent à sa propriété et demande au maire l’autorisation d’y creuser un étang. Le hic ? Il faut pour cela détourner le Ru, un petit cours d’eau, afin de le remplir. Les villageois ont vent de ce projet et ne l’entendent pas de cette oreille ! Les lavandières craignent que le détournement de la rivière ne réduise le débit d’eau dont elles ont besoin pour laver le linge. Quant aux paysans, ils redoutent que les plantes exotiques de Monet empoisonnent le bétail.

Mais l’artiste ne lâche rien et écrit une longue lettre au préfet. Il y explique que chaque plante qu’il cultive existe déjà dans la rivière. L’argumentaire de l’empoisonnement tombe donc à l’eau et le peintre obtient enfin la précieuse autorisation. Monet peut apporter la touche finale à son fameux « jardin d’eau » : en parsemer la surface de nénuphars. Et le résultat est tel que Monet consacre les vingt dernières années de sa vie à peindre ses « Nymphéas » (le nom botanique des nénuphars).
Ça valait le coup de se mouiller !

Image